Live report

VERY PROG FESTIVAL – LE LIVE REPORT DE LA SOIREE DU SAMEDI 13 OCTOBRE – By Laura & Sam

VERY PROG FESTIVAL – LE LIVE REPORT DE LA SOIREE DU SAMEDI 13 OCTOBRE – By Laura & Sam

Laura

23 octobre 2018

Pas de commentaire

VERY PROG FESTIVAL : SONS OF APOLLO – PERSEPHONE – SOUL OF SECRET – TAOTOPIA
SAMEDI 13 OCTOBRE 2018
LE METRONUM

 

Un festival entièrement dédié au métal prog à deux pas de chez vous, vous en rêviez ? Et bien, c’est chose faite. Né d’une collaboration entre la superbe salle du Metronum et l’association toulousaine Cultur’prom, le Very prog débarque cette année pour sa première édition et nous propose une affiche de choix.
Le Metronum a donc vu défiler 8 groupes sur deux soirées avec comme tête d’affiche les Australiens de Caligula’s Horse et le récent supergroupe formé des Américains de Sons of Apollo.
Le festival se voulait éclectique en nous proposant différentes facettes de metal progressif, en passant par le djent, le death prog ou le rock prog.
Ne dérogeant pas à la règle de faire découvrir des groupes locaux, les toulousains de Taotopia ont également été conviés.

 

Nous ne sommes allés qu’à la soirée du samedi, notamment pour découvrir, en live, l’excellent « Aathma » du groupe Persefone sorti en 2017. N’ayant pas pu assister au concert de TAOTOPIA, je m’installe après la traditionnelle commande de pinte pour découvrir les Italiens de SOUL OF SECRET. Passant de simple groupe de reprise de Dream Theater à compositeurs, le groupe est à l’origine de 4 albums, le premier sorti en 2008.
Dans le cadre de la tournée de leur dernier opus Babel, ils nous proposent un prog incluant des influences jazzy et électroniques apporté par le synthé assez présent. La basse et les guitares passent de sonorités jazz /folk à des sonorités plus symphoniques parfaitement maîtrisées.
Pas dans une veine de show men, les Italiens nous dévoilent un jeu fluide mais sans sur-démonstration ou mise en avant de technicité. Le public nombreux dans cette petite salle du Metronum est attentif et réceptif à la générosité de la prestation.

J’ai été personnellement émue par la tessiture du chanteur me rappelant fortement celle de Daniel Thomkins (Tesseract), sans pour autant dévoiler des prouesses techniques. Une très bonne expérience avant le passage de notre coup de cœur de l’année !

Setlist Soul Secret : WHAT WE’RE ALL ABOUT/ AWAKENED BY THE LIGHT/ ENTERING THE CITY OF GODS/ NEWTON’S LAW/ OUR HORIZON/ TRACES ON THE SEASIDE/ LEARNING TO LOSE

Bien que n’étant pas un grand admirateur de métal progressif, je dois reconnaître que les Andorrans de PERSEFONE ont su retenir mon attention bien avant leur concert à Toulouse. Je n’ai jamais pu les voir en live et jusqu’à maintenant, je me cantonnais seulement à l’écoute de leurs albums sur mon auto-radio.
A la première écoute, j’ai su que je ressentais de l’amour pour leur musique. Que ce soit par exemple avec Shin-Ken, Spiritual Migration ou encore Aathma, on sent une identité propre et une évolution à travers leurs différents albums, une progression, notamment en ce qui concerne le chant saturé de Marc Martins. Bref ce groupe nous emmène en balade au fil des opus et ce ne sont jamais les mêmes paysages que l’on contemple.
Traitez-moi de fragile si vous voulez, mais j’avais réellement la chair de poule lors de leur arrivée sur scène avec le sample de l’intro d’Aathma: Part I. Universal Oneness. J’ai les yeux rivés sur les musiciens. Je savoure le chant clair du claviériste Miguel Espinoza qui permet au morceau de commencer en douceur, pour peu à peu décoller et laisser place au growl sauvage du frontman, tandis que le batteur Sergi Verdeguer nous régale avec sa double pédale.
Ce que j’apprécie par-dessus tout dans le death progressif de Persefone, c’est que l’on n’est jamais oppressé par la technique des musiciens. La musique reste aérée, souple, chant clair et saturé se succèdent naturellement. Le clavier donne un air rêveur aux compositions et finalement il n’y a peu, voire pas de place pour les solos de guitares interminables qui pour moi n’ont pour but que de montrer qu’on a la plus grosse.
A noter que pour ce set, les Andorrans ne joueront que des chansons issues de Aathma et Spiritual Migration, exception faite de l’Ep In Lak’Ech, tout juste sorti en mars dernier.
Pas de grosse surprise en termes de setlist ou d’impro pour ce show, mais juste le plaisir de voir les musiciens en chair et en os nous transmettre leur énergie et leurs émotions. C’est peut-être la seule critique que l’on peut faire au groupe tant la justesse était de mise dans l’exécution de leur art.
Également, quel plaisir de voir que le public toulousain répond présent en applaudissant longuement les artistes à la fin du show ! C’était le panard pour tout le monde et on espère vite revoir Persefone dans notre belle ville rose !

Setlist Persefone : AAEHMA PART 1/ NOFACED MINDLESS/ THE GREAT REALITY/ LIVONG WAVES/ IN LAK’ECH/ STILNESS IN TIMELESS/ PRISON SKIN/ FLYING SEA DRAGONS/ MIND AS UNIVERSE/ AAEHMA PART 2 / AAEHMA PART 1 3

 

Après cette grosse raclée, laissons place au buldozer Américain SONS OF APOLLO, venu nous présenter leur unique opus Psychotic Symphony sorti en 2017. Bon déjà, force est de reconnaître la qualité du line up, notamment les vénérable Mike Portnoy et Derek Sherinian (Dream Theater..)  et Jeff Scot Soto œuvrant en tant que vocaliste charismatique de Trans Siberian Orchestra et aussi Yngwie Malmsteen entre autres.
Jouant un métal power/prog rock plutôt efficace et non dénué d’une certaine virtuosité, le spectacle sera pour le moins intense et riche de nombreuses interactions avec le public et d’un jeu de scène digne d’un groupe de hard rock !
Le groupe enchaînera donc les morceaux de leur album qui seront ponctués par une merveilleuse reprise de « Save me » de Queen et deux covers de Dream Theater.
On aura le droit aussi à un solo de basse et de clavier (affreusement long) et d’un long moment privilégié avec le chanteur qui invitera le public à se joindre à lui.
Parfois de longues parenthèses instrumentales parfaitement exécutées où Jeff Scott Soto disparaîtra, mais un partage de la scène extraordinaire et une cohésion magistrale entre le bassiste et le guitariste. Seul point noir pour ma part, une voix pas forcément à la hauteur et qui dénotait un peu avec la puissance du jeu, qui la ramollissait même à certains moments.
On peut reprocher l’aspect « too much » des compositions complexes où l’auditeur se sentira noyé dans un marasme de technicité (contrasté par des refrains plus « catchy ») et du jeu de scène, l’implication de chaque musicien dans le set a rendu ce show agréable et ultra dynamique, à tel point que la scène semblait trop petite pour accueillir cette énergie débordante !

Setlist Sons of Apollo : GOD OF THE SUN/ DIVINE ADDICTION// THAT METAL SHOW/ THEME/ JUST LET ME BREATHE (dream theater cover)/ LABYRINTH/ LOST IN OBLIVION/ SAVE ME (Queen cover)/ ALIVE/ OPUS MAXIMUS/ LINES IN THE SAND (dream theater cover)/ COMING HOME

 

Une soirée satisfaisante donc, riche de sonorités et une réelle impression que chaque groupe avait pris son pied !
On se donne donc rendez vous pour la seconde édition au Metronum qui sera rebaptisé « Ready for prog ? et dont la date et la prog devraient être dévoilé sous peu.

Par Sam et Laura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu