Actualité

Styx Drumshop (Bordeaux)

Styx Drumshop (Bordeaux)

ActuMetalToulouse

22 février 2021

Pas de commentaire

Présentations avec notre ami et partenaire, Rémi Pommiès, qui a lancé depuis 2019 sa marque de baguettes de batterie artisanales, Styx.

AMT : Salut Rémi, ça fait quelques temps qu’on voulait te proposer cette interview afin de présenter ta marque Styx. Commençons par le début, donc. Pourrais-tu m’expliquer comment t’es venue cette idée de créer tes propres baguettes ?

Rémi : A partir du moment où j’ai commencé à vivre des concerts, il m’apparaissait important d’avoir du matériel de bonne qualité afin de fournir des prestations les plus qualitatives possibles. Pour les baguettes, j’ai testé de nombreuses marques mais aucune n’associait confort de jeu et durabilité. J’ai donc fait appel à des artisans ébénistes pour fabriquer des baguettes et ai développé plusieurs modèles en fonction de ce dont j’avais besoin pour les concerts et le studio. Après deux ans d’utilisation intensive, une dizaine d’albums enregistrés en studio et de nombreux concerts j’ai lancé la marque pour proposer une alternative aux marques industrielles.

Les baguettes artisanales © Styx
AMT : Et justement, au regard des grands industriels, qu’est ce qui fait la particularité de Styx ? 

Rémi: Selon moi, l’aspect le plus important de Styx est que la marque a été développée par un musicien et pour les musiciens. Ça répondait à une réelle demande, à savoir bénéficier d’un bon rapport qualité-prix sans lésiner ni sur le confort, ni sur la durabilité. Il fallait trouver des baguettes polyvalentes, s’adaptant à tous styles de jeu, pouvant durer plusieurs concerts et avec une bonne maniabilité. Quand j’ai commencé la batterie, les baguettes du modèle le plus vendu était à un peu moins de 10 euros en magasin, aujourd’hui il est à 13,50. C’est ce qui m’a fait prendre conscience que d’une certaine façon les marques industrielles profitent de leurs clients. Avec Styx, pour 50 centimes de plus, vous avez une paire de baguettes artisanales plus durables et plus qualitative.

AMT : Le côté artisanal des baguettes est celui que tu mets le plus en avant. Peux-tu m’en dire plus sur le procédé de fabrication ? Où est l’atelier ? Comment sont choisies les essences, le poids ?

Rémi : J’ai contacté des ébénistes français, indonésiens et américains pour développer les baguettes. C’est avec l’artisan américain que le courant est le mieux passé, mais le trouver n’a pas été une mince affaire ! Perdu dans la campagne au milieu de nul part au fin fond des Etats-Unis. Heureusement qu’il y a internet pour communiquer…

Nous avons choisi le bois de Caryer canadien pour les baguettes, c’est le bois le plus utilisé pour cette utilisation (Hickory en anglais). Etant proche de la frontière canadienne, l’artisan peut se fournir facilement en bois. Après avoir découpé des parallélépipèdes de tailles identiques dans les bois ayant atteint le taux d’humidité optimal, il fait du tournage sur bois (ce qui ressemble un peu à de la poterie) et modèle le bois pour en faire une baguette. Ensuite il polit les baguettes, tamponne le logo et les vernit.

Quand je les reçois elles sont en vrac, et je les pèse une à une afin de faire des paires de poids identiques, au gramme près. Les fourreaux d’emballage sont, eux, fabriqués par une entreprise bordelaise.

Modèle 5B Upgrade © Olivier Lacampagne pour Styx
AMT : En plus des modèles de baguette classiques, ta gamme est plutôt orientée rock/metal. D’ailleurs, j’ai vu qu’il y avait un modèle inédit, le « Upgrade », destiné particulièrement aux batteurs « qui tapent fort ». Peux-tu nous en dire plus ?

Rémi : C’est un peu le modèle innovant de Styx ! Une baguette avec deux olives en quelque sorte, dont une sur le corps de la baguette qui agit comme un renfort. On gagne ainsi grandement en durabilité et on peut même l’utiliser sur la cloche de la Ride ou sur les cymbales. Les modèles Upgrade sont ceux qui tiennent le plus longtemps. Le plus vendu, le 5B, m’a duré 5 albums en studio et une vingtaine de concerts avant qu’une baguette de la paire ne casse.

AMT : Tu as lancé ta marque dans un contexte difficile mais tu as déjà quelques endorsés connus (Alex Jadi – Swaarm; Léo Isnard – TGOO; Théo Begue -Hypno5e et Mat Trak – Sublime Cadaveric Decomposition). Comment s’est passé ce lancement ?

Rémi : Styx compte en effet déjà des musiciens qui lui font confiance et j’en suis ravi ! J’ai rencontré Mat et Alex lors de concerts où on partageait l’affiche. Quant à Théo et Léo ce sont des batteurs de Bordeaux, et comme le monde est petit on a forcément fini par se rencontrer et sympathiser. Tous les 4 ont de suite adoré les baguettes et voulu être endorsés par Styx. Théo a même eu le temps de faire une tournée au Mexique avant la crise sanitaire ! L’artisan et moi-même sommes très heureux de voir que notre travail est apprécié, et on espère se faire connaître petit à petit afin de promouvoir l’artisanat dans le milieu de la musique.

Alex Jadi et le modèle 5B upgraded, à double olive. © Alex Jadi

AMT : Merci Rémi d’avoir répondu à nos questions . Un dernier mot ?

Rémi : Un grand merci à toute l’équipe d’AMT pour cette interview ! Vous avez été là dès le début pour faire jouer mes projets musicaux et continuez de répondre présent, je vous serai à jamais reconnaissant.


Retrouvez Styx sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *