ARTICLES

REPORT // TESTAMENT + EXODUS  + DEATH ANGEL @u Bikini le 29 février 2020 by Reaper

REPORT // TESTAMENT + EXODUS + DEATH ANGEL @u Bikini le 29 février 2020 by Reaper

Reaper666

2 mars 2020

Pas de commentaire

En l’an de grâce 2020 et en ces temps obscurs de virus qui se propagent à travers la planète, le Reaper se remet à faire des Live Report, pour votre plus grand plaisir. 
Étant donné l’affiche très alléchante en ce samedi grisonnant et pluvieux, nous rallions en fin d’après midi le Bikini pour une soirée spéciale Bay Area Strikes Back qui s’annonce sous des meilleurs auspices.

DEATH ANGEL a l’honneur d’ouvrir le bal dans une salle bien remplie (quasiment sold out d’ailleurs). Le son est très correct et très bien équilibré, ça commence déjà à bouger dans le pit. 
Ne connaissant que très moyennement le groupe (a part de 2/3 morceaux ici et la), nous sommes agréablement surpris par la décharge d’énergie qui est produite ce soir (assurément mieux qu’il y a 2 ans) ainsi que les changements de tempos assez fréquents, donnant une certaine dynamique. 
Le prix revient nécessairement à Mark Osegueda, à la voix toujours exceptionnelle (et montant encore bien dans les aigus comme Schmier avec Destruction) et au charisme impressionnant.
Le groupe finit sur l’intro de The Ultra Violence et l’excellent Thrown To The Wolves, une délectation. L’échauffement est maintenant fini et Death Angel a marqué clairement des points ce soir. 

Changement de plateau en cours pour la violence qui va surgir de nulle part, les fondateurs du thrash EXODUS sont prêts à tout détruire.
Dès le premier riff de Body Harvest, le verdict tombe : on prend une décharge de thrash qui ne laisse que des ruines avec un son assez fort mais proche de la perfection.
Blood In Blood Out continue dans la lancée, les cheveux sont secoués dans tous les sens à la barrière, les circle pits sont légions et les headbangs très répandus. 
Et tout le long du concert la tension de retombe jamais, la setlist ayant un effet dévastateur : Fabulous Disaster, Deathamphetamine, The Toxic Waltz, Bonded By Blood… 
Tous les regards sont évidemment tournés vers Gary Holt, de retour définitivement après 10 ans passés avec Slayer et vêtu d’un t-shirt du plus bel effet ; ce dernier n’a pas perdu un iota de sa technique et annihile tout à coups de riffs destructeurs.
Blacklist et sa rythmique infernale nous encourage encore une fois à démolir ce qui reste de nos cervicales, nous sommes en train de ramasser violent
Et cela n’est pas fini : le groupe choisit de terminer sur Strike Of The Beast, qui voit un joli Wall Of Death prendre forme et laisser des traces dans le pit. Merci, merci mille fois à Exodus d’exister encore et montrer que les créateurs du style (depuis 1979) sont toujours les patrons qui auraient dû clairement faire parti du Big Four

La chose ne sera pas aisée de passer après ce ravage. En effet, contrairement à Exodus qui possède tout un backline sur scène (amplis et cab), donnant un rendu sonore assez élevé, TESTAMENT a choisi de passer au tout numérique en branchant directement tout ce qui est sur scène à la console de son (branchements en DI), comme de nombreux groupes actuels (et très pratique en tournée), donnant un son certes très propre et lisse mais évidemment bien moins impressionnant, ce qui avait rendu leur passage il y a 2 ans dans la même salle un moment un peu fade. 
Aujourd’hui, il est en de même, mais cette fois-ci, le rendu est bien meilleur et plus fort que la dernière fois.
Puisant d’entrée sur des vieux morceaux (Eerie Inhabitants, The New Order), Chuck Billy et co sont prêts à en découdre. Ça joue bien, les solos de Alex Skolnock sont ravageurs et la meilleure section rythmique du monde, à savoir Steve Digiorgio a la basse  et Gene Hoglan à la batterie (comment oublier les Human, Symbolic et autres Individual Thought Patterns de qui vous savez) fait des miracles. 
The Preacher, absent en début de tournée, refait son apparition dans la setlist, pour le plus grand bonheur de votre serviteur
Même si on note quelques longueurs en milieu de set, le carré final Into The Pit – Practice What You Preach – Over The Wall – Disciple Of The Watch nous achève encore une fois. Testament est encore vivant et n’est pas prêt de faire le sien de si tôt.

C’était donc une bien belle soirée sous le signe du thrash metal, avec un public plus que satisfait et qui a laissé des marques, avec un Exodus grand vainqueur ô combien mérité. 

By Romain Reaper 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu