ARTICLES

KATAKLYSM + HYPOCRISY + THE SPIRIT @u CC John Lennon à Limoges – Live Report by Reaper

KATAKLYSM + HYPOCRISY + THE SPIRIT @u CC John Lennon à Limoges – Live Report by Reaper

Reaper666

11 novembre 2018

Pas de commentaire

KATAKLYSM – HYPOCRISY – THE SPIRIT

Vendredi 2 novembre

CC John Lennon

 

Les dates toulousaines se faisant rares en ces jours d’automne, nous rallions la ville de Limoges en ce week-end prolongé (pour les chanceux faisant le pont). En effet, l’occasion de voir Hypocrisy dans le coin est immanquable, le groupe n’étant plus actif depuis 2013, nous ne pouvons aucunement louper cette opportunité.

 

Après avoir pénétré dans cette fameuse salle bien connue des limougeauds qu’est le Centre Culturel John Lennon et avoir accédé aux premiers rangs, le groupe THE SPIRIT fait son apparition.
Petit nouveau venu dans l’écurie Nuclear Blast, les allemands de Saarbrucken produisent un black somme toute assez mélodique, la source principale étant les grands Dissection. Il est clair que ce soit dans les riffs, les structures de morceaux ou même l’esthétique (tous ces morceaux qui sonnent à la The Somberlain, bordel), il n’a qu’un pas, même le chanteur du combo présente des similitudes avec Jon Nodveit, c’est dire.
Pour le reste, tout est propre, et les 7 morceaux proposés ce soir, tous issus de leur unique album Sounds From The Vortex passent comme une lettre à la poste, devant un parterre certes clairsemé mais assez attentif. Tout cela est assez prometteur et on a hâte de voir ce que cela peut donner pour les futurs réalisations du groupe.

 

5 ans d’attente. Nombreux sont ceux qui se rappellent de ce concert au Saint Des Seins organisé presque à la dernière minute en octobre 2013 et qui restera certainement une pierre angulaire dans les orgas de nos locaux de Spm Prod.
Après avoir bien été occupé avec Pain ainsi qu’au Studio Abyss ces derniers temps, Peter Tagtgren avait l’envie profonde de réactiver HYPOCRISY, pour le bonheur des fans, dont votre serviteur. Et enfin nous y voilà.
Les lumières s’éteignent et déjà retenti l’intro de Fractured Millenium, avec apparition des musiciens sous des vivats explosifs. Peter Tagtgren semble bien en forme malgré ses poches sous les yeux qu’il semble avoir depuis toujours.
Valley Of The Damned démarre en trombe juste en suivant, et la, c’est le drame : au moment pile où le refrain va être lancé, une coupure générale du son pointe le bout de son nez suivi de l’alarme incendie, sous les regards ébahis des musicos. Pendant que certains spectateurs s’amusent à chanter la mélodie de Shut Your Mouth de Pain (interpellés d’ailleurs par Tomas Olofsson : That’s the wrong band, guy…), l’orga fait son possible pour rétablir le courant.
Au bout de 10 bonnes minutes, le concert reprend avec End Of Disclosure, enchaîné avec le puissant Adjusting The Sun, propice au headbang violent.
Eraser fait le bonheur des uns, mais le medley Pleasure Of Molestation/Osculum Obscenum/ Penetralia fait celui des autres, les fans old school ; mention particulière sur ce titre à Horgh, aussi batteur d’Immortal, qui n’en met jamais une à coté.
S’en suit une série de tubes comme Fire In The Sky, Killing Art, Warpath, The Final Chapter etc… Et finalement, nos cervicales vont décéder sur le hit Roswell 47, comme un déluge apocalyptique, servi par un son très correct.
Loué soit le seigneur, Hypocrisy est toujours vivant et est toujours prêt à en découdre, la preuve s’il en est avec la tournée américaine prévue pour le printemps prochain avec Fleshgod Apocalypse.

 

 

Après cette « Alienation » fantastique, dur pour nos cousins de la Belle Province de KATAKLYSM d’assurer un show au mois égal à ce qu’on vient de voir. Que nenni, tabarnak, on a pas le temps de niaiser, Narcissist vient mettre les poings sur les I d’entrée de jeu.
Le son, un peu brouillon au début devient parfait des les premières notes de Black Sheep. Fire et Thy Serpent Tongue calment un peu le show alors Guillotine ré-accélère la cadence. Maurizio et ses sbires sont aussi en forme produisent un concert plus que carré.
C’est alors qu’on rentre vraiment dans le vif du sujet avec le puissant As I Slither suivi par Crippled & Broken.
Le dernier album Meditations n’est pas oublié avec Outsider, dédicacé au public (environ 300 personnes ce soir) ainsi que …And Then I Saw Blood.
Le combo Manipulator Of Souls / In Shadows And Dust fait des ravages dans la foule tandis que l’ultime cartouche At The Edge Of The World finit de nous martyriser au bout de 1h20 de concert frénétique.

 

Finalement, le déplacement en valait vraiment la peine avec pas le meilleur show qu’on aie vu de nos amis québécois mais qui tenait vraiment la route (une setlist un poil mieux choisie aurait été plus judicieux) et un retour gagnant haut la main d’Hypocrisy dans une forme éblouissante. Ça en valait vraiment la peine.

 

By Romain Reaper

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu