ARTICLES

Interview du groupe KALMAH (Death Mélodique – Finlande)

Interview du groupe KALMAH (Death Mélodique – Finlande)

Reaper666

1 novembre 2016

Pas de commentaire

Dans le cadre du festival IBERIAN WARRIORS, qui s’est tenu dans la belle ville de Saragosse le 24 septembre dernier (live report ici), nous avons eu la chance de pouvoir interviewer le groupe culte de death mélodique KALMAH, un entretien dans la bonne humeur et un rêve éveillé pour votre serviteur. C’est Pekka Kokko, chanteur guitariste du groupe, qui s’est plié à nos questions.

AMT : Tout d’abord, c’est un grand plaisir de vous interviewer et de vous voir sur scène, c’est un rêve qui devient réalité.

Merci, c’est un grand plaisir pour nous aussi de jouer ici aussi ainsi que de faire plaisir au fans.

AMT : Il y a 3 ans, vous avez sorti l’album Seventh Swamphony. Quels ont été les retours ?

Dans l’ensemble, les critiques ont été très positives dans presque tous les médias, que ce soit dans notre pays ou à l’international. Nous sommes stupéfaits à chaque sortie d’album de cet engouement.

AMT :  Même si 12 Gauge était un bon album, il était un peu différent. Seventh Swamphony était une sorte de retour aux sources. Êtes vous d’accord avec ça ?

Oui, je suis assez d’accord. Nous n’avons pas essayé de faire ça consciemment, on ne sait pas d’où cela nous est venu. On s’est rendu compte de ça une fois le disque fini et cela nous a plu énormément (rires).

AMT : Il est très difficile de vous voir sur scène, surtout dans le sud de l’Europe. Je suppose que tout le monde à ses activités en parallèle.

Oui, tous les membres ont leurs familles et un job à plein temps, ce qui rend les choses très compliquées. Pourtant, nous essayons quand même de booker des dates. Nous avons pas mal tourné cette année quand même (rires).

AMT : D’ailleurs, vous avez beaucoup tourné au Canada au printemps dernier. Était-ce productif ?

C’était une tournée géniale même si elle a été un peu dure pour moi. J’ai contracté un rhume juste une semaine avant de partir et mon nez n’arrêtait pas de couler. J’ai failli annuler la tournée mais on l’a quand même maintenue. Et, à la moitié de celle-ci, la maladie est revenue et je n’avais plus de médicaments. Les morves qui coulent sur le micro en plein milieu d’un morceau pendant un concert, ça, c’est metal (fous rires).

AMT : Pourquoi Anti Kokko n’était pas sur cette tournée ? Et est-ce que son remplaçant a fait le job ?

Il est resté avec sa famille et son boulot lui prend beaucoup de temps aussi, ce ne sont pas des décisions faciles pour lui, mais on ne lui en tient jamais rigueur. En ce qui concerne son remplaçant, c’est un putain de guitariste, tu pourras t’en rendre compte tout à l’heure (rires). Aussi bien humainement que musicalement, c’est une personne formidable, on passe vraiment du bon temps avec lui.

AMT : Comment en etes vous venu au Metal ?

Haha, il faut remonter aux années 80. Je crois que le premier a été Judas Priest. Kiss également n’était pas loin derrière. C’est moins metal, mais on a tous nos moments (rires). Puis le metal extrême est arrivé par la suite et l’envie de monter un groupe est venue. Voila, tu sais tout (rires).

AMT : En dehors du metal, quelles sont vos influences principales ?

Haha, en fait, beaucoup de musique classique, Bach, Paganini et tout ça. J’écoute aussi beaucoup de rock progressif, des groupes comme Genesis ou Pink Floyd ont une part importante dans le processus de composition, même si je me vois mal jouer cette musique sur scène (rires.)

AMT : Nous attendons vivement le 8e album. Quelques trucs à nous dire dessus ?

Nous avons beaucoup avancé, quasiment tout fini en réalité. Tu en sauras beaucoup plus en début d’année prochaine. Nous avons beaucoup d’espoir sur ce 8e album et on espère encore franchir un palier.

AMT : Quels sont vos projets pour 2017 ?

On a pas mal de trucs de prévus pour l’année à venir : on va déjà jouer au 70000 tonnes, je sens que ces 4 jours de bateau vont être épiques (rires). On a aussi quelques dates au Mexique et en Amérique du sud. Plus 3 en Finlande, par ci par la. On va aussi sûrement revenir dans le coin bientôt, tu en sauras plus dans les semaines à venir. Mais chut, faut pas le dire (rires).

AMT : Donc on a une chance de vous voir dans pas très longtemps par chez nous ?

Oui carrément. On est actuellement en négociations pour booker une tournée européenne, avec pas mal de dates en France, on va voir comment cela se passe. On espère que vous êtes prêts.

AMT : Un dernier mot.

Merci à tous les fans de nous soutenir, c’est important pour nous et on espère vous voir toujours plus nombreux à nos concerts. Have fun.

 

Propos recueillis par Romain Reaper

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu