Actualité

NARJAHANAM – عندما تظهر الشمس من الغرب

NARJAHANAM – عندما تظهر الشمس من الغرب

Robin

27 avril 2021

Pas de commentaire

NARJAHANAM

Undama That’hur Al Shams Mn Al Gharb

Label : Haarbn Productions

2007


Ténèbres brûlantes

Nous sommes quand même assez ethnocentrés… Et si tout le monde porte aux nues Dissection ; je serai plus enclin à me rapprocher de la scène bien connue du Moyen Orient, et des groupes qui ont marchés dans les pas du Géant des Enfers de glace, de manière pieuse et libérée.

Deux attitudes semblant antagonistes réunies en une Œuvre, un geste, un mouvement, de blasphème et de recueillement.

Vu le contexte actuel, j’aurai pu vous faire l’éloge du dernier album de Al Namrood (mais allez écouter, ça vaut vraiment le coup ! Des blacks métalleux d’Arabie Saoudite ! Et là bas, on sait ce qu’on fait à ceux qui blasphèment…). Il y a un côté héroïque à leur musique qui se dote d’un vrai sens idéologique et d’une réelle prise de risques.

Mais je me suis dit qu’il serait plus intéressant de vous parler d’un groupe et d’un album plutôt inconnu par chez nous qui n’est pas aussi radical que AL NAMROOD, mais qui fait les choses en grand.

Venu tout droit du Pakistan et de sa capitale, Narjhanam (Les flammes de l’Enfer pour la traduction) propose un black/death mélodique prenant et puissant. Pourtant, je connais peu de groupes qui mélangent ces deux genres avec réussite. Je pourrai citer Angelcorpse, Dissection, et euh…les premiers albums de Arkhon Infaustus. Voilà, voilà…

Et Narjahanam !!!

Le regard défiant

Dans ce premier album, du blasphème il y en a. Ce n’est pourtant pas la priorité du groupe. L’œuvre témoigne d’un amour pour la culture moyen orientale mais aussi pour le Black Death Metal. Et j’ai rarement vu une synthèse aussi inattendue et porteuse de sens !

En effet ! Le groupe ne se prive pas de mettre des instruments traditionnels ainsi que des rythmiques et des mélodies toutes plus orientales les unes que les autres : des libertés avec le genre même, pour donner un aspect plus narratif à leur musique. Des chœurs, des instruments traditionnels associés d’un jeu black métal extrême. Le groupe fait coexister musicalement les contraires et donnent un aspect orchestral subtil et ethnique de façon extrêmement élégante.

Ces différents arrangements ne viennent jamais ralentir l’impact des compositions. Les riffs restent puissants, la voix vindicative, le son ample et les rythmiques entrainantes. Les instruments traditionnels et les ajouts choraux apportent certes une richesse à l’ensemble, mais surtout accroissent la portée de l’ambiance qui se forme au cœur des compositions. Proposer des instruments traditionnels c’est bien, mais il ne faudrait pas que cela soit un cache misère pour dissimuler le manque d’inspiration à la batterie et à la guitare.. Or, ici, ce n’est absolument pas le cas, chaque riff et chaque mélodie est puissante, inspirée et bien placées pour faire surgir l’émotion et la grandeur de la musique !

Alors nous sentons la colère, le mysticisme, les déserts brûlants et les flammes de l’enfer nous enlacer.
Ils aiment ça et nous aussi !

Lumière Glaciale

On ne peut se dire qu’une chose : bien sûr que cet album se doit d’être connu par tout métalleu-se- qui se respecte. Et ce n’est pas simplement une question d’abolir les frontières, cela serait une démarche trop naïve pour être pertinente. Cet album témoigne d’un syncrétisme spirituel et civilisationnel qui répudie tous les prêcheurs de la prétendue Vérité.

Cet album est le témoin d’une conciliation où chaque partie ne prend jamais le pas sur l’autre. Un Black death burné, avec des passages rapides et d’une grande lourdeur. La touche mélodique permet de transcender chaque moment, les rend réellement épique en leur donnant une aura mystique. D’ailleurs, le groupe ne se gêne nullement pour mettre en valeur des mélodies impies, mais aussi celles héritées de leur culture. Se forme donc une ambiance des plus étranges et délicieuses pour le profane que je suis.

Un album bien trop rare, bien top peu connu, et bien trop puissant pour être laissé dans les limbes sableuses de l’ignorance.

Et si vous êtes fan de Dissection et de Black/Death mélodique, vous allez simplement adorer !


Robin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *